La tentative d'ascension du Tongariro

Publié le par chloenicolas

   Turangi, 16h48

     Hier, levés à 6h pour prendre le bus, direction : le pied des pentes du Tongariro (3000m). Le bus est propre et à l'heure, comme toujours en Nouvelle-Zelande. Nous nous asseyons à l'arrière, bien installés, prêts à affronter le grand froid et à gravir ce sommet,  quand le chauffeur se lève pour nous annoncer un truc. "ok guys!!! .....". La suite on a pas compris... Il faut dire qu'ils ont un sacré accent ces néo-zelandais!!! Heureusement pour nous, une française assise devant nous a remarqué notre air ébahi, bouche ouverte. Et tout de suite elle comprend : "vous êtes français." Gagné!!! C'est vrai qu'on est vraiment nuls en langue... Mais elle s'en sortait pas trop mal, elle, parce qu'elle a compris ce qu'avait dit le G.O. Du coup, elle nous a traduit : en fait, Mitch était entrain de nous expliquer que la sortie était annulée, à cause du mauvais temps, et qu'on pouvait redescendre tout de suite du bus si on voulait...  Bon, bah...ok, on descend alors... La sortie aura duré 5 min et l'ascension 50 cm, le temps de monter dans le bus...
     Du coup, on en a profité pour se reposer une journée. Après une sieste de 3h, on s'est recouchés à 9h. J'avais du sommeil a rattraper avec le décalage horaire et les 2 jours de vélo.
     Tiens, parlons-en du vélo! À Rotorua ( prononcé "wodowoa" ), on décide de parcourir en 2 étapes les kilomètres qui nous séparent de Turangi, soit environ 80 km le premier jour et 50 km le deuxième. Facile. Mais, ayant remarqué la circulation incessante des voitures sur l'axe principal. nous choisissons de prendre les petites routes. D'autant plus que Nico avait vu sur la carte que ça allait raccourcir le chemin. Parfait! On s'engage alors sur de magnifiques petites routes bordées de champs de moutons, de vaches et de chevaux, on traverse de jolies forets et de belles vallées. Évidemment, quand on prend un axe secondaire en terrain vallonné, il faut s'attendre à ce que ça monte un peu plus. Ça monte même pas mal. En Nouvelle-Zelande, ils ne connaissent pas les lacets : les montagnes sont petites, donc on monte tout droit! Mais pour un cycliste, c'est pas très sympa, et on doit quelques fois pousser le vélo... Mais c'est pas grave, le paysage est joli...
     En arrivant de nouveau sur l'axe principal, il doit nous rester 15 km à faire, pas plus. Mais ça, c'est en théorie, sur la carte... En fait, le panneau nous indique 35 km!!! Et m.....!!! Dans ce genre de situation, quand je commence à fatiguer et avoir mal aux pattes, je dis à Nico : "le premier endroit qu'on trouve, on plante la tente!". Nico, lui, se dit : " tant pis, j'ai de bonnes jambes, on fait les kilomètres, d'autant plus que demain ils annoncent de la pluie, je ne veux pas dormir en tente...". Tension. Au final, on est allés jusqu'à Turangi, non sans mal, avons dormi dans un hôtel, dans une chambre tout seuls ( un grand luxe, vu les prix!) et avons mangé au restaurant. C'était le deal! Il faut bien récompenser les efforts!! Mais au final, c'était le bon choix puisque le lendemain, le temps était effectivement maussade et la route pénible. Par contre, qu'est-ce-que j'ai mal aux jambes! Les 110 km du premier jours se payent cher aussi!
     Allez! Demain, on attaque pour de vrai le Tongariro!

Publié dans Nouvelle Zélande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Ouhh !! La queue de cheval Chlo ! Enorme ! Depuis quand ça ne t'était pas arrivé ?<br /> Ouais les paysages sont pas mal...<br /> ... C'est magnifique ! Vous avez pu voir des kiwis ? Ca ne doit pas être facile il n'en reste pas beaucoup...<br /> Bises à vous deux<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> bonne route!<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> moi je ne serait pas capable de partir pour le tour du monde je serait fatiguer en mois d'une minute<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> il sont vraimant pas comme les notre les velo<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> bonjours je suis une élève de Céline Dalis<br /> <br /> <br />
Répondre