Nord de la Thailande, Dur, Dur, Dur d'être un cycliste!

Publié le par chloenicolas

Tha Ton, 17h.

     Nous voila de nouveau en Thaïlande. Pour beaucoup, la Thaïlande est synonyme de plage, chaleur, tourisme sexuel, etc. Nous, nous pensions plutôt, chaleur, visite de tribus, routes escarpées, etc. Après une semaine sans vélo, nous étions impatients de chevaucher de nouveau Rustine et Tostaky (vous avez bien lu! même Chloé avait des fourmis dans les jambes). Elle le regrette!!! En effet, deys nos premiers tours de roues, la route a commencé à grimper, des cotes courtes et escarpées, puis des cotes escarpées, mais longues. Chloé a vite mis pied à terre. Et vogue la galère, il faut pousser le vélo!!! P1130030 [640x480]Pour tout arranger, nous nous sommes retrouveys pour la première fois sous une averse digne de ce nom. Fini les crachins bretons de Nouvelle Zelande et de Luang Prabang! Maintenant c’est de la vraie pluie. Cela aura durée qu’une petite dizaine de minutes, mais nous sommes trempés jusqu’à l’os!!! P1130045 [640x480]Heureusement les gros nuages gris nous suivent toute la journée, mais sans déverser sur nous la quantité astronomique d’eau qu’ils contiennent.

     Je vous ai parlé de Chloé, qui a mis pied à terre. Je dois l’avouer, j’ai pour la seconde fois fait de même, et pas qu’un peu!!! Pour rappel, la premier fois c'était sur les pistes entre Potosi et Uyuni. Pour ce qui est de la route arrivant et repartant de Mae Salong, nous avons dû gravir des murs. Nous n’avions jamais vu cela. La première fois qu’il faut pousser le vélo, l’averse vient de passer, je suis trempé, je pense fièrement que c’est dû à cette dernière, mais aussi au fait que nous n’avons pas fait de vélo depuis une semaine. La réalité fut tout autre.

     Hier, nous avons rallié la sympathique bourgade de Doi Mae Salong. J’y ai laissé ma fierté et mes nerfs… Après 40 km de plats, nous abordons les difficultés qui parsèment les 25 derniers km. Des les premières rampes, je dois mettre pied à terre. Impossible de gravir ces cotes avec autant de pourcentage. Je décide de copier la technique de Chloé pour gravir certains cols: à fond jusqu’à l'essoufflement et jusqu'à ce que les jambes ne puissent plus pousser sur les pédales, pieds à terre pour récupérer, à fonds, etc. Je n’arrive même pas à redémarrer!!! Chloé me double en poussant son vélo… Je fais 2 nouveaux essais, pendant lesquels j’avance de quelques mètres, mais où je m’éclate le tibia au moment où je veux enclencher ma pédale automatique. Sans résultats… Je ne peux pas dire ici les multiples jurons qui sortent de ma bouge. Chloé en sourit encore. Maintenant, il faut pousser… Pendant ces 20 km, nous allons pousser plus de 5km… Nous parcourons les 6 derniers km à 3 km/h… Jamais vu cela. Nous arrivons à la guest house vers 17h. Épuisés.. Que faire demain?? Se reposer? Difficile, nous avons rendez vous avec Christelle et Manu dans quelques jours et nous sommes impatients de les retrouver. Repartir donc.

     Les jambes sont dures ce matin et notre sympathique aubergiste ne nous dit rien qui aille. Easy la route sauf 4 km!!! Ne vous inquiétez pas pour moi, j’étais préparé à pousser et je ne me suis pas épuisé à jurer… Finalement au bout de 47 km et à 9 km de notre destination espérée, nous sommes passés devant un hôtel avec piscine, pas un bruit et une vue magnifique sur la campagne !!!
P1130086 [640x480]
     Le prix était évidement inhabituel pour nous. Nous avons alors pensé spontanément à deux personnes. Tout d’abord merci à Christiane, car sans son aide régulière nous n’aurions même pas pensé à s’arrêter, mais aussi à Babette qui nous avez laissé un mail nous conseillant de nous reposer. Nous t’avons écouté à moitié!!! On a bien fait…

Publié dans Thailande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Je suis très envieux de votre périple...vous me faites rêver...je vous ressens contemplatif à chaque instant même si qques injures sont lancées...à chacun son truc pour se stimuler dans l'effort.<br /> Je vous suis depuis vos premiers coups de pédales et votre reportage photo et vidéo est extraordinaire...une envie à l'évasion. Je parle très souvent de votre escapade avec ...Babette! Eh oui je<br /> connais Babette car nous sommes collègues à Bvs.<br /> Bonne route et peut-être qu'un jour nous roulerons quelques km ensemble car je pratique également le vélo couché. Vivons heureux vivons couchés!!!<br /> Danyel<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Bonjour,<br /> <br /> Nous nous sommes rates quand nous sommes venus faire quelques tours de roues en Haute Normandie. On espere a notre retour pouvoir rattraper cela.<br /> Merci pour les compliments! Vivons heureux, vivons couches, mais en thailande, faut mettre tout a gauche et malheureusement pour nous vivre un peu debout quand c'est trop raide!!!<br /> Merci pour ton soutien!<br /> <br /> Chloe et Nicolas<br /> <br /> <br />
C
<br /> Je pensais même pas que c'était possible de pousser vos engins... j'en ai des crampes, j'vous jure... courage les copains! Vous êtes en vacances quand même... faut pas pousser !!!<br /> Gros bisous<br /> <br /> <br />
Répondre