On n'a juste rien fait

Publié le par chloenicolas

Bergame, 18h

     DSCN6001 [640x480]Pour une fois, la journée est étrangement calme pour nous. Nous nous sommes trouvés une pension dans le centre de Bergame où nous pouvons lire, écrire, cuisiner et prendre tout notre temps. Du coup, nous ne visiterons pas les ruines ici. On profite à fond du silence, de la chaleur de la courette à  la porte de notre chambre. On ne s’était pas rendu compte que nous avions besoin de rien faire pour une fois et cela nous est tombé dessus aujourd‘hui!!!

     Il est vrai qu’avant d’arriver ici nous avions fait cinq jours de vélo, passé une journée au bord de la plage et avions fait une étape entre Ayvalik et Bergama épuisante. P1200078 [640x480]Pas par les kilomètres, car maintenant faire 80 km nous est devenu routinier, mais par l’enchaînement des côtes. Nous avons du monter au moins pendant une quarantaine de kilomètres…  Le goudron de très mauvaise qualité ne nous a pas aidé, la chaleur non plus!!! En revanche, les paysages absorbent nos regards et pensées. Ici, c’est montagneux, vert et l’occupation du sol est très variée. Nous pouvons traverser des champs d’oliviers sur plusieurs kilomètres (tout en chantant la chanson de “Julie la petite olive” des Wriggles) DSCN5968 [640x480]puis des plantations d’épineux et enfin quand une vallée se présente une multitude de petits champs. Ici, c’est la période du désherbage manuel. Les femmes et les hommes sont penchés au dessus de leur rang et ils binent!!! Une autre époque. Quand je vois cela, j’ai l’impression d’entendre ou de réentendre mes grands-parents me raconter comment était la campagne avant.

     Et puis ici, la chaleur de l’accueil n’est pas une légende. Quand nous lisions les aventures de Bernard Olivier racontant son parcours sur la route de DSCN5970 [640x480]la soie nous étions étonnés, et en même temps attirés de connaitre cette atmosphère. Cela est confirmé tous les jours. On vous en a déjà parlé mais cela continue. Nous buvons çay sur çay. Ils sont offerts à  la moindre occasion. Même si on s’arrête exprès, on va payer le premier et le second nous sera toujours offert par un de nos voisins de table!!! Une sacre leçon d’hospitalité à retenir. Nos compères de boisson sont toDSCN5987 [640x480]ujours les mêmes. Des hommes d’âge mûr qui prennent le çay en discutant de la vie du village ou de la ville. Le çay est une institution ici.

     Nous sommes encore bien naïfs, malgré tout ce que nous avons vécu pendant ces 10 premiers mois de voyage et nous pensions être arrivés au "pays des bisounours". Nous sommes vite redescendus sur terre à  notre arrivée à  Bergame. En effet, pour la seconde fois du voyage, le passage de Rustine et Tostaky a essuyé un canardage de cailloux. Oui vous ne rêvez pas.! Cela m’était arrivé une fois en Amérique du sud. Un gamin isolé. Un acte isolé est sans conséquence. Mais là, un petit groupe d’écoliers de 8 - 10 ans n’a pas trouvé mieux que de nous envoyer plusieurs projectiles… Pour une surprise, c’était une sacrée surprise. Le sang n’a pas eu le temps de faire un tour que nous avions pilé et étions descendu du vélo pour comprendre. Impossible de communiquer, ils répétaient bêtement ce que nous disions!!! Les nerfs craquants, leur ballon projeté a volé dans la haie. On a repris la route. Mais les cailloux ont replu sur nous. Un turc, de son jardin, a essayé de calmer les gamins. Sans résultat. Une voiture passant a pris aussi un caillou qui ne lui était pas destiné. Le chauffeur est descendu, a voulu calmer les enfants. Sans résultat non plus. Il a repris la route derrière nous… Vu son regard, il semblait ne pas comprendre et être désolé!!! On a pas bien compris pourquoi ces gestes…

     Si des jeunes lisent ce blog et peuvent nous expliquer pourquoi? Peut être qu’un jour eux ou un de leur copain a eu envie de faire ce geste ou l’a fait… On voudrait juste comprendre. On pense bien sûr à l’effet de groupe, l‘immaturité liée a “l’âge bête“… On passait juste à vélo!!!

Publié dans Turquie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> moi je comprends très bien, je faisais ça quand j'étais jeune.<br /> L'explication est juste que fallait pas être là à ce moment là !<br /> <br /> <br />
Répondre